En décalage

09 août 2017

Retour à la normale

C'est officiel : la France a retrouvé son attractivité d'avant les attentats de Paris. La fréquentation touristique a bondi de 10,2% au deuxième trimestre. L'année 2016, qui a été catastrophique en la matière, n'est plus qu'un lointain souvenir.

Et cette information est à mon sens à rapprocher de cette autre : un véhicule a tenté de faucher des militaires à Levallois-Perret. Six d'entre eux ont été blessés, dont deux grièvement. Les sbires de l'Etat Islamique continuent donc, encore et toujours, leur travail de sape et de terreur.

Mais peut-on véritablement parler de terreur ? Et à bien y réfléchir, le terrorisme existe-t-il ? Il est vrai que les attentats de Paris ont été un choc. Mais d'autres ont eu lieu depuis, et à chaque fois, les gens y ont été plus insensibles. L'effet d'habitude fait que les gens ne s'y intéressent plus autant qu'avant. Ils ont intégré ce risque, comme ils ont intégré le risque du sida. Des capotes pour l'un, un oeil attentif autour de soi dans le métro... mais c'est à peu près tout. Où est la terreur là-dedans ? Même les touristes sont revenus, moins de deux ans après les événements. Cela montre bien que le terrorisme ne peut exister que de manière locale, et pour une durée très limitée. Au-delà de cette date-limite, il ne cesse de perdre en puissance, en intérêt, et en terreur.

Il est évident que d'autres véhicules tenteront de commettre un carnage ; que d'autres individus tenteront de poignarder les passants ; mais comme l'a montré récemment l'actualité, les gens ne paniquent plus autant qu'avant. A la dernière attaque au couteau, les passants se sont mis à menacer l'assaillant avec des chaises, et l'ont acculé jusqu'à ce qu'il soit arrêté. Le terrorisme ? Une réalité qui appartient au passé. Peut-être reviendra-t-elle dans quelques années, quand les gens auront oublié. Mais pour le moment, elle ne fait plus autant d'effet. Et c'est déjà ça de pris.

Posté par rbdum à 12:02 - Permalien [#]