L'acronyme GAFA désigne quatre des entreprises les plus puissantes du monde de l'internet (et du monde tout court !) à savoir : Google, Apple, Facebook et Amazon. Ces firmes possèdent un pouvoir économique et financier considérable (parfois supérieur à un Etat). Par exemple, en 2015, les GAFA pesaient 1 675 milliards de dollars contre 1 131 milliards de dollars pour toutes les entreprises françaises cotées au CAC 40. On peut s'étonner de l'absence de Microsoft de ce "groupe", c'est pour ça qu'on trouve parfois l'acronyme GAFAM dans lequel le M représente Microsoft. Ces GAFA représentent l’économie du début du XXIe siècle et incarnent le passage à l’ère du digital. Actualisation fin 2018 : Les GAFA et les taxes. La problématique avec les GAFA c’est qu’ils ne payent pas les impôts dans les pays où ils réalisent des affaires. Ces géants du numérique représentent un véritable défi pour les fiscalistes. Les règles de taxation des entreprises actuelles, conçues pour l'économie traditionnelle, sont fondées sur le principe « d'établissement permanent » : ne peuvent être taxées que les entreprises qui ont une présence physique dans un pays, mesurée par le montant des actifs (usines, machines), le nombre d'employés et le montant des ventes. Or les entreprises du numérique peuvent offrir leurs services via le net en étant juridiquement installées dans le pays de leur choix. Evidemment un pays qui offre des facilités fiscales comme l’Irlande pour Google par exemple. Pour faire face à cette situation, en mars 2018, la Commission européenne a proposé de taxer à 3% le chiffre d'affaires en ligne des grandes entreprises mondiales du numérique pour contrer leur tendance à l'optimisation fiscale. Cependant devant la difficulté à s’accorder au niveau européen, la France se dit prête à taxer seul les entreprises du GAFA dès 2019. Affaire à suivre ! Depuis le 28 mai 2018, les entreprises sont soumises à la RGPD. Cette dernière impose à toutes les entreprises, donc également les GAFA, des contraintes en matière de gestion de données personnelles, base de données... On peut aisément comprendre pourquoi les GAFA sont particulièrement impactés par ce texte. Voir définition de RGPD.